Florence: le choix de La Grande Sophie

Par Camille Maestracci

Tout juste le temps de boire un jus de fruit après les derniers réglages sonores que l’artiste nous suit dans un vaste bureau de l’Institut français de Florence. C’est dans ce même édifice, le magnifique Palazzo Lenzi que La Grande Sophie, accompagnée de Jeanne Cherhal, donnera son dernier concert transalpin cet été, après Naples et Rome. La grande dame fait des pas de géants. Baignée très tôt dans la musique, elle lâche ses études d’art et décide de se consacrer à la scène. Elle y fait ses premiers pas, simplement avec sa guitare et sa voix. Presque trente ans après, la voici rayonnante, trois disques d’or, plusieurs tournée et divers festivals en poche, sans compter son passage dans des salles mythiques comme Le Zénith ou l’Olympia, à Paris. Aujourd’hui, à peine remise d’une tournée dans toute la France et au Canada, la chanteuse-auteur-compositeur débarque en Italie pour un court séjour avant de repartir en studio, le prochain album étant prévu pour 2012. Deux de ses nouveaux titres ont d’ailleurs été présentés en exclusivité au public italien.

Carrière, notoriété, musique, politique: La Grande Sophie a partagé les conceptions de son art aux Coulisses de la Culture. Rencontre avec un des plus beaux succès de la chanson française. Lire la suite

La Trinité laïque de Bertrand Rosenthal

Par Elise Stern

Mais où veut-il en venir ? « C’est le coin des enfoirés » me confie-t-il de sa voix éraillée. C’est ainsi qu’il désigne, un sourire timide aux lèvres, presque gêné, la table haute sur laquelle reposent trois livres poussiéreux et visiblement anciens. Trois livres. Les dimensions sont hétéroclites, les années d’existence ne se comptent plus, les provenances sont variées. Trois religions. Les Dieux sont hétéroclites, les années d’existence ne se comptent plus, les lieux de culte sont variés. Il s’excuse et justifie l’appellation, car les religions, si elles ne sont pas la cause de tous les conflits, en ont tout de même exacerbés plus d’un. Cet effort pour rapprocher la Bible, le Coran et la Torah et les laisser régler leurs affaires entre eux est significatif de la personnalité de Bertrand Rosenthal.
Journaliste pour  l’AFP (l’Agence France Presse) depuis 1978, il a voyagé dans le monde entier, ou presque, avec un objectif en tête : découvrir puis divulguer la vérité sur les pays et les gens qui l’entourent.
Lire la suite

Léviathan de Kapoor : Entrez dans l’antre

Par Lauriane David

   Leviathan – Anish Kapoor (crédit : Flickr/CC/alexandremarchand)

La lumière de printemps qui nimbe d’ordinaire le visiteur en cette période de l’année est absente. Le regard ne peut embraser l’immense espace que surmonte la majestueuse verrière du Grand Palais. Il butte sur un sas, des portes tournantes noires. L’accès au monstre.

Certains spectateurs vacillent. Tous murmurent. Quelques enfants brisent l’ambiance feutrée. Leurs voix résonnent sur les parois. Car visiter l’œuvre d’Anish Kapoor, c’est pénétrer dans un antre, aussi déstabilisant qu’étrange.

Lire la suite

Alice Revanand ou le langage du corps

Par Sarah Rozenblum

« Comment dit-on…Vous savez, le sentiment d’être en phase avec quelque chose ? » « Harmonie, cohésion, symbiose… ? » « Oui, tout à fait, symbiose est le bon mot ! »…
La silhouette longiligne d’Alice Renavand se dessine au loin. Elle marche avec souplesse et élégance. Les premières paroles échangées sont accueillantes et amicales. Elles donnent le ton de l’interview, qui n’aura rien d’un entretien impersonnel. En me guidant à travers le Palais Garnier, elle me présente spontanément aux danseurs étoiles croisés sur le chemin qui nous mène à sa loge. La discussion se poursuit sur son parcours au sein du corps de ballet de l’Opéra et son rapport à la danse. Alice Renavand répond aux questions avec application. Les mots employés sont simples mais bien choisis. Puis, la précision fait place à l’hésitation.

Lire la suite

Un vendredi avec la Chanson du Dimanche

Par Amandine Briand

Crédit : Amandine Briand

Ils sont barbus, ils ont les cheveux longs et l’air baba-cool… Clément Marchand et Alexandre Castagnetti sont les deux larrons de « La Chanson du Dimanche. »

« La Chanson du Dimanche », ce sont deux amis, une guitare, un clavier, un caméraman, Damien, et beaucoup d’énergie. Déjà quatre saisons à leur actif, un CD, une série éponyme et une tournée de 2 ans; c’est dire si ces artistes trentenaires sont productifs. Pourtant, Alexandre continue son métier de scénariste tandis que Clément enseigne toujours les mathématiques, le lundi et le mercredi matin. Ils se connaissent depuis plus de 15 ans et dès leur première rencontre en 1996 à Télécom Paris, (école d’ingénieur reconnue dans la capitale), ils rêvaient déjà de chanter et de monter sur scène.

De la naissance d’une idée à un véritable succès sur Internet, l’histoire de « La Chanson du Dimanche », c’est avant tout l’histoire d’une rencontre…

>>Partez à la rencontre de Clément et Alexandre en écoutant le reportage d’Amandine Briand>>

Célèbres et convertis

Par Eric Kuoch

crédit : Flickr/CC/∼Firas

A l’instar du rocker Cat Stevens, désormais connu sous le nom de Yussuf Islam, de nombreuses personnalités ont choisi de se convertir à la religion musulmane. En quête de paix, en quête d’une foi, en quête d’une quête… spirituelle, ils n’ont pas vraiment changé de métier, mais surtout de nom. Revue d’effectifs  des conversions célèbres. Lire la suite

Cat Stevens: portrait d’un artiste précoce

Par Tony Gamal Gabriel

Cat Stevens sera en concert le 26 Mai à Bercy. Portrait de l’artiste, un jour Steven Georgiou, le lendemain Youssef Islam, mais à jamais Cat Stevens…

Sur les affiches qui annoncent son concert à Paris, c’est le même visage, mais le nom à changé. Cat Stevens, l’icône rock britannique de son vrai nom Steven Demetri Georgiou, Steve pour les intimes est né en 1948 à Londres d’une mère Suédoise et d’un père grec-chypriote. Il grandit à quelques pas du quartier des artistes, dans un appartement au dessus du «Moulin rouge », le restaurant de ses parents. Le jeune homme est « solitaire ». « J’étais isolé des deux communautés, anglaise et grecque. Notre famille était une île ».

Lire la suite