Le désamour artistique de Godard et Truffaut

Deux monstres sacrés du cinéma français s’affrontent dans « Deux de la vague », un documentaire d’Antoine de Baecque et Emmanuel Laurent. Comment une amitié cinématographique se termine mal. Décryptage.

En 1949, Truffaut et Godard se rencontrent et se reconnaissent l’un dans l’autre. Une paire se forme pour balloter la France gaulliste et casser le cinéma de papa. Truffaut écrit avec Godard le scénario d’ « A bout de souffle ». Celui-ci termine le court métrage « Histoire d’eau », commencé par l’auteur des « 400 coups ». Truffaut n’écrit pas sur son ami, dont il affirme être « le plus grand cinéaste au monde ». L’admiration entre les deux piliers de la Nouvelle vague est réciproque. Mais surgit Mai 68.

Alors que les deux amis dénoncent l’absurdité d’un Festival de Cannes ayant lieu au sein d’une France en grève générale, leurs discours prennent de la distance. Truffaut veut faire du cinéma autrement, Godard rêve d’un autre cinéma.

Les lettres

Depuis « La Chinoise » (1967), Godard s’écarte de la fiction pour réaliser des films militants de stricte obédience marxiste-léniniste dans le but de « faire politiquement du cinéma politique ». Truffaut, lui, continue ses projets et tourne, en 1972, « La nuit américaine », le film qui marque la scission violente et sans retour de l’amitié entre les deux hommes.

Fin mai 1973, Godard écrit à Truffaut : « Probablement personne ne te traitera de menteur, aussi je le fais. Ce n’est pas plus une injure que fasciste, c’est une critique ». Aux mots tranchant de Godard, Truffaut donne une réponse aussi brutale un mois plus tard : « Je n’ai plus rien éprouvé pour toi que du mépris (…) L’idée que les hommes sont égaux est théorique chez toi, elle n’est pas ressentie », écrit Truffaut dans une longue lettre qui dévoile le fossé s’élargissant entre deux amis, entre deux manières de faire du cinéma, entre deux visions du monde.

=> Lire la suite de lettres de Truffaut et Godard.

Les archives

C’était un jour comme les autres. Antoine et Emmanuel bavardaient sur l’histoire des Cahiers du cinéma, leurs projets, les films, les livres, le beau temps et la vie. Une conversation banale jusqu’au moment où Emmanuel Laurent propose l’idée de « faire un film sur la Nouvelle Vague ». « Ce n’était alors pas plus précis que ça », affirme Antoine de Baecque dans une interview au site Commeaucinema.  « Nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes », raconte le critique de cinéma qui avait déjà écrit deux biographies du grand couple de ce mouvement cinématographique, Godard et Truffaut.

Emmanuel Laurent explique que l’utilisation des images d’archives a été un choix: « Lecteur d’Antoine De Baecque avant de le connaître, je voulais traduire en images l’amour qu’il porte aux “vraies” archives, celles qu’on ne trouve pas sur google. Le film est ainsi une déclaration d’amour au papier et aux pages qui tournent en frémissant ». Le binôme a donc choisi d’avoir « peu d’images d’aujourd’hui, pas de témoignages de vieux messieurs qui parlent de leur jeunesse envolée, mais tenir le pari d’être quasi constamment au présent d’une époque, de la fin des années 50 au début des années 70 », estime Antoine de Baecque.

Le présent dans le film

D’après le réalisateur, il fallait tout de même « mettre cette histoire qui parle de la jeunesse d’un temps en relation avec la jeunesse d’aujourd’hui. Non pas pour les comparer mais pour voir ce qu’elles ont à se dire ».

Le voyage entre ces deux jeunesses est donc assuré par l’actrice et réalisatrice  Isild Le Besco. « Pour nous, il s’agissait presque d’une évidence : Isild, c’est la Nouvelle Vague 2010 tout en étant parfaitement de son temps », considère De Baecque. Le grand atout de la jeune artiste serait le fait qu’« elle fait passer les documents, comme on ferait passer les plats, d’hier à aujourd’hui. C’est une tourneuse de pages, mais impliquée, vivante, curieuse, attentive au passé comme au présent », conclut l’historien d’art.

=> Trouvez l’intégralité de l’interview d’Antoine de Baecque et d’Emmanuel Laurent sur le site Commeaucinema.

=> Regardez la bande-annonce de Deux de la vague.

Victoria Alvares

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s