Archives de Catégorie: Spectacles

Florence: le choix de La Grande Sophie

Par Camille Maestracci

Tout juste le temps de boire un jus de fruit après les derniers réglages sonores que l’artiste nous suit dans un vaste bureau de l’Institut français de Florence. C’est dans ce même édifice, le magnifique Palazzo Lenzi que La Grande Sophie, accompagnée de Jeanne Cherhal, donnera son dernier concert transalpin cet été, après Naples et Rome. La grande dame fait des pas de géants. Baignée très tôt dans la musique, elle lâche ses études d’art et décide de se consacrer à la scène. Elle y fait ses premiers pas, simplement avec sa guitare et sa voix. Presque trente ans après, la voici rayonnante, trois disques d’or, plusieurs tournée et divers festivals en poche, sans compter son passage dans des salles mythiques comme Le Zénith ou l’Olympia, à Paris. Aujourd’hui, à peine remise d’une tournée dans toute la France et au Canada, la chanteuse-auteur-compositeur débarque en Italie pour un court séjour avant de repartir en studio, le prochain album étant prévu pour 2012. Deux de ses nouveaux titres ont d’ailleurs été présentés en exclusivité au public italien.

Carrière, notoriété, musique, politique: La Grande Sophie a partagé les conceptions de son art aux Coulisses de la Culture. Rencontre avec un des plus beaux succès de la chanson française. Lire la suite

Alice Revanand ou le langage du corps

Par Sarah Rozenblum

« Comment dit-on…Vous savez, le sentiment d’être en phase avec quelque chose ? » « Harmonie, cohésion, symbiose… ? » « Oui, tout à fait, symbiose est le bon mot ! »…
La silhouette longiligne d’Alice Renavand se dessine au loin. Elle marche avec souplesse et élégance. Les premières paroles échangées sont accueillantes et amicales. Elles donnent le ton de l’interview, qui n’aura rien d’un entretien impersonnel. En me guidant à travers le Palais Garnier, elle me présente spontanément aux danseurs étoiles croisés sur le chemin qui nous mène à sa loge. La discussion se poursuit sur son parcours au sein du corps de ballet de l’Opéra et son rapport à la danse. Alice Renavand répond aux questions avec application. Les mots employés sont simples mais bien choisis. Puis, la précision fait place à l’hésitation.

Lire la suite

Un vendredi avec la Chanson du Dimanche

Par Amandine Briand

Crédit : Amandine Briand

Ils sont barbus, ils ont les cheveux longs et l’air baba-cool… Clément Marchand et Alexandre Castagnetti sont les deux larrons de « La Chanson du Dimanche. »

« La Chanson du Dimanche », ce sont deux amis, une guitare, un clavier, un caméraman, Damien, et beaucoup d’énergie. Déjà quatre saisons à leur actif, un CD, une série éponyme et une tournée de 2 ans; c’est dire si ces artistes trentenaires sont productifs. Pourtant, Alexandre continue son métier de scénariste tandis que Clément enseigne toujours les mathématiques, le lundi et le mercredi matin. Ils se connaissent depuis plus de 15 ans et dès leur première rencontre en 1996 à Télécom Paris, (école d’ingénieur reconnue dans la capitale), ils rêvaient déjà de chanter et de monter sur scène.

De la naissance d’une idée à un véritable succès sur Internet, l’histoire de « La Chanson du Dimanche », c’est avant tout l’histoire d’une rencontre…

>>Partez à la rencontre de Clément et Alexandre en écoutant le reportage d’Amandine Briand>>

Olivier Py viré : tragédie au Théâtre de l’Odéon.

Par Diane Jeantet et Sybile Penhirin

Limogé.
Pourtant, le bilan des quatre années d’Olivier Py à la direction du Théâtre national de l’Odéon est exemplaire: « Olivier Py a généré beaucoup de public, de création. Il a beaucoup travaillé « , défend Paul Rondin, Secrétaire général du théâtre de l’Odéon à Paris. « On est complètement abasourdi« .

Lire la suite

Dans les coulisses d’Arturo Brachetti

Par Hélène Croizé-Pourcelet

Vous connaissez probablement sa silhouette, et cette houpette à la Tintin qui est sa marque de fabrique. Mi magicien, mi enchanteur, éternel enfant, l’homme aux milles visages, c’est Arturo Brachetti !

Pendant son spectacle « Arturo Brachetti fait son cinéma* », il enfile pas moins de 80 costumes en une heure et demie, interprète 25 personnages à l’aide d’un bout de tissu. Un petit bout de rien qui devient tout. Qui devient Napoléon, D’Artagnan ou Zorro  … et nous plonge dans un univers magique. « La seule limite de l’homme est son imagination » (Einstein) aime à nous rappeler Brachetti. Il nous emmène dans le monde du cinéma et les personnages se bousculent sur la pellicule du film, le fil conducteur de son spectacle.

Lire la suite

Après l’incendie, le carnaval de Rio renaît des cendres

Par Victoria Alvares

Un énorme incendie ravageait récemment les ateliers de la Cité de la samba à Rio où sont fabriqués les chars allégoriques et les costumes du Carnaval.

Quatre entrepôts ont été touchés et plus de 7 000 costumes ont été détruits par les flammes. A 30 jours de ce qui est considéré comme le plus grand spectacle du monde, les écoles de samba se mobilisent pour faire renaître des cendres le carnaval de Rio.

Lire la suite

Toute la … « Vérité » sur le stress d’une comédienne

Trois questions à Fanny Cottençon
Grande première ce soir sur la scène du théâtre Montparnasse. Fanny Cottençon donnera la réplique à Pierre Arditi, Patrice Kerbrat et Christiane Millet dans La Vérité, une pièce signée Florian Zeller. À quelques heures de la représentation, l’actrice qui monte régulièrement sur les planches depuis près de trente cinq ans, nous livre ses secrets pour rester zen.

Dans quel état d’esprit êtes vous aujourd’hui ?
Je suis excitée et bien sur un peu stressée… mon travail en ce moment est d’essayer de calmer l’animal qui est en moi. Le stress et l’excitation ne sont pas bons pour l’acteur. J’ai déjà le trac avant de monter sur scène, alors pendant la journée j’essaie d’être la plus calme possible. C’est un peu comme l’entrainement d’un sportif, on répète, on répète… et le jour de la course il faut réussir à canaliser ses émotions et son énergie pour donner le meilleur de soi-même.

Comment faites vous pour rester détendue ?
Ce qui est important, c’est d’être concentré sur le moment présent, d’être à ce que l’on fait et de ne pas « mouliner ». Je ne cherche pas à être « dans le mental » mais au contraire à me reconnecter avec mon corps. Hier matin, j’ai fait une heure trente de yoga … un cours de yoga physique, pas méditatif ! (rires). Cela me fait beaucoup de bien et c’est très important de se sentir bien dans sa peau avant de monter sur scène. Normalement j’y vais une fois par semaine, mais pendant le mois et demi de la représentation je vais y aller deux fois plus. C’est essentiel pour moi d’avoir des moments, en dehors de la pièce, qui me permettent de «me remettre dans mon corps ».  Personnellement c’est le yoga que j’affectionne mais pour quelqu’un d’autre ce sera la course, ou bien écouter un morceau de musique…

A part le yoga, avez vous d’autres habitudes particulières avant de monter sur scène ?
Oui. Je travaille aussi beaucoup ma voix…Il y a par exemple un exercice qui consiste à faire différents sons la bouche fermée. Cela a quelque chose d’apaisant.  Et puis j’essaye de me faire plaisir, en mangeant de bonnes choses (sans lait ni gluten, régime alimentaire particulier oblige). Mais je ne change pas particulièrement mon alimentation, l’essentiel est de se faire plaisir et surtout de ne pas être frustrée.
Et puis j’essaie de faire une sieste quotidienne de vingt minutes dans l’après midi, cela me ressource.  D’ailleurs, je vais y aller…

Sybile Penhirin
Photo cc/Evene.fr