Archives de Tag: traduction

« Traduire » l’hébreu, ou comment transmettre une langue exigeante

L’hébreu envoûte, l’hébreu fascine. Surtout, l’hébreu intrigue. Dans le film «Traduire», la réalisatrice Nurith Aviv explore les mystères de la traduction de la langue hébraïque. Dernier volet d’une trilogie consacrée à l’hébreu, le film est actuellement projeté au cinéma Les Trois Luxembourg, dans le 5ème arrondissement de Paris. Durant 1h10, des traducteurs de différentes nationalités témoignent de leur confrontation avec une langue qui les a parfois amené à «transgresser les règles de la leur».

 

>>Retrouvez les horaires de projection du film<<

Des débats avec la réalisatrice et ses invités sont organisés après certaines séances. L’occasion pour le spectateur d’approfondir sa connaissance du monde trouble de la traduction. Car traduire une œuvre d’une langue dans une autre est loin d’être anodin…

>>(Re)lisez l’article de Lisa Beaujour sur le lien entre un auteur et son traducteur<<

Publicités

Le MURAKAMI nouveau est … presque arrivé!

Par Aïcha El Hammar Castano

« 18 août 2011… »,   c’est la date ultime, si proche et si éloignée à la fois, pour que les lecteurs «francophones» puissent enfin lire le premier volet de la nouvelle trilogie d’Haruki Murakami : « 1Q84 », prononcé « 1984 ». Référence au célèbre roman de George Orwell.

Déjà sorti au Japon en 2009, il s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires, provoquant un effet « Harry Potter ». Pour ceux qui ne le connaissent pas, Haruki Murakami est une star au Japon et dans le monde.  Ecrivain contemporain japonais à l’univers énigmatique, sachant entremêler avec talent des mondes parallèles et complexes, il n’apparaît guère dans les médias, ce qu’il ne fait qu’accroître le mystère.  Après « La Ballade de l’impossible », « Kafka sur le rivage », « Le passage de la nuit » etc. « 1Q84 » touche un public plus large parce que plus abordable que les autres. « Les coulisses de la culture » est allée à la rencontre de Hélène Morita, sa traductrice officielle depuis 2007.

Lire la suite

Un auteur est-il fidèle à son traducteur ?

Par Lisa Beaujour

« Traduit par…»: derrière cette expression, on s’attend souvent à voir un nom bien précis, selon l’écrivain qu’on a choisi. En effet, un traducteur transpose généralement plusieurs œuvres du même auteur, quand ce n’est pas la totalité. Cette fidélité a de multiples raisons. Décryptage des liens singuliers qui se créent entre deux figures littéraires.

«La traduction d’un livre, pour un auteur, c’est sa voix dans une autre langue. Il a donc  intérêt à toujours garder la même. C’est un peu comme les doubleurs, au cinéma : quand un personnage change de voix, le public est perturbé», explique Jacques Ancet, poète reconnu dont l’œuvre a été récompensée par de nombreuses distinctions. A la fois auteur et traducteur, il connaît bien le rapport entre ces deux professions.

Il a traduit la quasi-totalité de l’œuvre du poète espagnol José Angel Valente, mort en 2000. «Nous avons pu nous rencontrer, et des liens personnels se sont ainsi créés. Les choses se sont vraiment très bien passées entre nous deux», raconte Jacques Ancet,Pour lui, la rencontre entre un auteur et un traducteur est importante. Elle permet de comprendre les allusions que fait l’auteur, et de résoudre d’autres questions de détail.

Lire la suite